Accueil
NOS DERNIERES CRITIQUES
Rencontre avec Guy Daleidene
Écrit par LEPAGE Brigitte   
Photo : Brigitte Lepage
Image
 
Quelle est l’importance de la présence du Film Fund à Cannes ?
C’est le marché du film le plus important au monde où tous les pays ont une représentation physique. Notre présence est indispensable car on y présente nos professionnels et ils ont la possibilité d’y rencontrer leurs homologues, de parler de leurs nouveaux projets, d’essayer de vendre ou d’attirer de nouveaux projets au Luxembourg. C’est un emplacement où on fait la promotion du Luxembourg et je crois que si on n’est pas présent à Cannes, à cette occasion, on n’existe pas en tant que pays. C’est tout simple mais extrêmement efficace d’être ici puisque tout le monde est là et on n’a pas besoin de se déplacer bien loin.
 
Pas de film luxembourgeois ou co-production en compétition ?
Le Luxembourg dispose d’un volume de productions d’une vingtaine de productions et coproductions par an mais nous ne pouvons par contre pas être sélectionnés dans tous les festivals tous les ans ; on n’a pas le volume étant donné que  chaque festival ne choisit que des films qui n’ont pas encore été sélectionnés dans d’autres festivals. On a eu quatre nominations à Berlin,  une à Sundance, pour bien commencer l’année il y en avait deux à Sarrebruck au festival Max-Ophuls ; on n’a pas de films à Cannes mais on a sept films au festival d’Annecy en animation qui aura lieu en juin ; et il y a d’autres festivals encore qui vont venir, il y a Locarno, il y a Venise, San Sébastian, Toronto et on n’a pas le volume de production pour être représenté partout. Le choix des sélectionneurs ne se fait pas suivant les pays mais suivant les films qu’ils leur plaisent. Et donc, nous faisons aussi des films qui ne plaisent pas à tout le monde. Comme Almodovar l'a dit hier lors de l’inauguration : « le prix du jury est un prix subjectif ». On ne peut donc être représenté chaque fois à tous les festivals.
 
Une bonne nouvelle pour 2019 ?
Depuis plusieurs années, les pays de la francophonie du Nord (Canada, Québec, France, Suisse, Belgique et Luxembourg) se rencontrent entre professionnels pour parler de coproductions. Ces réunions ont eu lieu à Paris à plusieurs reprises ensuite à Montréal l’année dernière et cette année, l’année prochaine en Suisse. On parle toujours d’un thème spécifique : la réalité virtuelle à Montréal, scénario et écriture l’année prochaine en Suisse et nous avons posé notre candidature pour le faire en 2019 au Luxembourg, proposition qui a été acceptée par nos partenaires. Notre thématique à l’ordre du jour sera la musique de films, comment évoluent le cinéma et la musique ensemble. Il y a beaucoup de potentiel de discussions et cela se fera dans le cadre de la Rockhal d’Esch-sur-Alzette en s’intégrant dans leur Sonic Vision organisé depuis des années.
 

Brigitte Lepage,
sur des propos recueillis par Thibaut Demeyer 

 
 


 
Be kind, rewind !
Écrit par LEPAGE Brigitte   
Photo : Thibaut Demeyer
Image
 
Ce n’est qu’après dix minutes de sifflements ininterrompus qu’enfin le projectionniste, qui avait sans doute dû penser que ce brouhaha était dû au logo Netflix, s’est rendu compte que la projection était hors écran. Pas très jolie la demi tête de Tilda Swinton durant son speech d’ouverture.
Après avoir coupé la projection, allumé la salle, agrandit l’écran vers le haut, fermé les rideaux, rectifié le format de l’image, tout est reparti depuis le début, comme si de rien n’était. Sauf un retard frisant la petite demi-heure.
L’ambiance paranoïaque qui règne actuellement sur la Croisette a fait penser à certains journalistes, tout aussi anxieux, que cet incident a été provoqué par une poignée d’agitateurs qui manifestaient contre le géant américain. Mais il n’en est rien. Certes, l’apparition du logo Netflix a engendré un mouvement bruyant au sein de la presse et des festivaliers en place mais il n’a été que de courte durée pour réapparaître immédiatement après le lancement du film et son problème technique de réglage de format. Pure coïncidence.
 
Photo : Thibaut Demeyer
Image
 
Dans « Okja » le réalisateur coréen Bong Joon-ho tente de dénoncer la surproduction alimentaire, l’utilisation dangereuse à la santé des OGM, les grosses puissances industrielles qui ont la main mise sur la faim dans le monde et la maltraitance inutile des animaux ainsi que leurs conditions d’élevage intensif pour le seul profit de certains. Tout y est dénoncé, rien n’est solutionné. Il faut avouer aussi que nous ne sommes pas dans un documentaire et que même, et là est la subtilité, ce film est présenté comme un conte qui pourrait s’adresser aux plus jeunes alors que, attention, âmes sensibles s’abstenir, certaines scènes peuvent réellement en choquer plus d’une tête blonde. Pour autant aussi que l’on garde à l’esprit que « Okja » ne sortira ni en salles, ni en DVD, polémique de ce 70ème Festival de Cannes soulevée par le producteur américain, plate-forme de vidéo à la demande qui réserve exclusivement ses productions à ses abonnés.
Brigitte Lepage
 
Photo : Thibaut Demeyer
Image


 
Couture ou culture ?
Écrit par LEPAGE Brigitte   
 
Photo : Thibaut Demeyer
Image
 
Quel dommage de ne pouvoir être partout à la fois.
De ne pouvoir se démultiplier pour être en même temps au bas des marches pour prendre en photos les invités du jour et leurs belles toilettes, bijoux...
De ne pas assister à la cérémonie d’ouverture dans la grande salle Louis Lumière, tout près de l’estrade afin de ne rien louper de la robe transparente et sexy laissant dévoiler le téton de la maîtresse de cérémonie Monica Bellucci qui enflammera la salle avec un baiser langoureux donné à Alex Lutz et qui défrayera la chronique, plus grâce à cette plastique que par le discours en lui-même...
Mais bien à la projection de « Nelyubov » d’Andrey Zvyagintsev, de nationalité russe, qui avait remporté en 2014 le prix du scénario à Cannes pour « Leviathan ».
Son nouveau film traite des disputes continuelles d’un couple durant leur divorce alors qu’ils ont déjà respectivement recommencé une nouvelle vie ailleurs. Malheureusement, ils oublient dans leurs nouvelles préoccupations, qu’ils ont un fils de 12 ans ; ce dernier choisit alors de disparaître.
Ouf, nous avons quand même pu prendre un verre au superbe buffet offert par le Festival en guise de bienvenue à la presse nationale et internationale car nous avions le précieux sésame. Pas question de toute manière d’aller coucher tard, demain, projection à 8h30 et avec les contrôles Vigipirate renforcés, il faut se présenter au moins une bonne heure aux portes des salles.
 
Brigitte Lepage 

 
Tout commence à Cannes
Écrit par Thibaut DEMEYER   
 
Photo : Thibaut Demeyer
Image
 
« Vous savez que ma carrière comme actrice a débuté ici à Cannes. C’est donc un endroit très important pour moi, je me sens donc très liée au Festival et « The tree of life » restera le film de ma vie. En ce qui concerne la sélection, j’ai beaucoup d’amis en compétition mais je resterai objective dans mes choix et j’ai demandé que l’on ne m’envoie pas de SMS pendant cette période. »
 
Brigitte Lepage 
 
 
Premiers pas cannois pour Will Smith
Écrit par LEPAGE Brigitte   
Photo : Thibaut Demeyer
Image
 
 
« C’est exceptionnel d’être ici ; j’ai grandi dans la zone ouest de Philadelphie, très loin de Cannes qui représentait pour moi l’ultime prestige du cinéma et moi je suis ici surtout pour apprendre ; quand on voit le haut niveau des artistes qui sont réunis ici, on ne sait jamais ce qui peut ressortir de nos débats, des conversations que nous aurons. Mais j’avoue être ici d’une façon tout à fait égoïste même si, lorsque j’ai su qu’il me faudrait voir 3 films par jour, cela m’a paru, waouh ! Mais promis, j’irai me coucher tôt et je serai en salle le matin à 8h30. »
 
Brigitte Lepage 
 
Almodovar, président de jury ?
Écrit par LEPAGE Brigitte   
Photo : Thibaut Demeyer
Image
 
 
« Mon premier rêve à atteindre, qui était déjà en soi un exploit, était de faire du cinéma ; tout de suite après, il y avait Cannes, mais cela, c’était hors de ma portée. Je fréquente le Festival depuis 1982 où je suis venu en tant que spectateur. Dès le départ, je l’ai vécu comme une fête, comme une célébration du cinéma d’auteur. J’ai toujours voulu travailler avec Jessica Chastain, avec Fan Bingbing, avec Will Smith, et j’ai toujours rêvé de bénéficier de la musique de Gabriel Yared, j’ai voulu coécrire avec Paolo Sorrentino et Park Chan-Wook aussi. Donc je suis très heureux, j’ai beaucoup de chance d’être ici dans ce jury. »
 
Brigitte Lepage 
 

Votre avis compte...

Vous avez un coup de coeur, un coup de gueule ou vous avez simplement envie de partager votre avis avec d'autres, n'hésitez pas à nous laisser vos impressions. Ou si vous avez juste envie de consulter ces impressions, cliquez ici.

A l'affiche

             

Prochainement

             

 

 

 

 

DVD

                 

 

 


 

Top 5