VILLERUPT 2007
Trente ans de cinéma Italien Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Thibaut DEMEYER   
19-01-2008

Villerupt était parti ce vendredi pour fêter, du 26 octobre au 11 novembre, sa trentième édition du Festival du Film Italien. Cela fait déjà trente ans que cette ville, dès l’automne venu, se met à vivre au rythme du cinéma italien dans une ambiance bon enfant et chaleureuse. Mais à l’arrivée, même si les petits fours et le champagne nous ont bien confirmé que c’était la fête, nous avons assisté à une ouverture aux couleurs tristes et ternes où le 7ème Art a été dévoré par la politique et ses discours creux rehaussés de promesses qui n’aboutiront jamais. D’ailleurs, lors de son allocution, Oreste Saccheli, directeur artistique du festival, a habillement rappelé aux élus locaux que le Festival manquait encore et toujours d’une infrastructure digne de la réputation de la manifestation et que la salle de 400 places, promise déjà l’année dernière, n’est encore qu’au stade de l’imaginaire et de l’espérance. Pourtant, Mme Christiane Witwicki, Maire de Villerupt, n’a pas manqué de rappeler que le Festival de Villerupt est un évènement phare qui n’a de cesse de prendre de la puissance depuis sa création et que le festival est devenu une figure emblématique dans le paysage culturel de la région. Preuve en est, plus de 700 spectateurs ont répondu présents pour la projection du film d’ouverture Mimi Metallo blessé dans son honneur de Lina Wertmüller avec Giancarlo Giannini. Cette œuvre, sortie en 1972, n’a pas été choisie par hasard pour donner le coup d’envoi de la trentième édition. En effet, Mimi Metallo faisait partie des films présentés lors de la première édition du festival de Villerupt et celui-ci avait marqué tous les esprits grâce au héros qui représente à la fois les Siciliens, les Italiens et les hommes du monde dans une caricature poussée à l’extrême frisant même l’outrance. De plus, le Festival avait eu, à l’époque, le plaisir d’accueillir une partie de l’équipe du film, en ce compris la réalisatrice Lina Wertmüller.
Dix-neuf films sont partants pour la course à l’Amilcar. Parmi ceux-ci, sept seront proposés au jury officiel présidé par Henri Pierre Deleau, délégué général du FIPA (festival international des programmes audiovisuels) assisté par les réalisateurs Beppe Cino et Paul Cruchten, de l’actrice Elisabeth Cavallotti, de l’acteur Rocco Papaleo et du distributeur Renaud Davy.
La partie rétrospective sera toujours de mise cette année avec des incontournables et qui plus est détenteurs de la Palme d’Or à Cannes tels que L’arbre aux sabots d’Ermanno Olmi; Padre Padrone des frères Tavianni ou La Classe ouvrière va au paradis d’Elio Petri. A cela, on ajoute Affreux, sales et méchants d’Ettore Scola Prix de la Mise en Scène à Cannes en 1976 ; Amarcord de Frederico Fellini Oscar du Meilleur film étranger en 1973 ainsi que les films scandales comme Le dernier Tango à Paris de Bernardo Bertolucci et La Grande Bouffe de Marco Ferri. 

Dernière mise à jour : ( 19-01-2008 )